Malgré le refus de permis qui leur avait été signifié courant de l’année passée, Electrabel s’acharne sur Messancy et décide de poursuivre son projet en soumettant à enquête publique un complément d’étude d’incidence relative à ce “nouveau” projet.

Nouveau entre guillemets, car mis à part le déplacement de 7 mètres de l’éolienne 2, c’est bien la même histoire qui est racontée. Les modifications et amendements sont juste de la cosmétique.

Le projet reste autant inacceptable pour les habitants des communes de Messancy et Aubange, lesquels verraient leur cadre de vie profondément altéré et subiraient toujours autant de nuisances. En particulier l’effet d’écrasement induit par le fait que les villages se trouvent en contrebas du site est intolérable.

Les effets stroboscopiques continueront aussi d’affecter plusieurs rues de Messancy. Inacceptable également.

Au delà de cet aspect, c’est l’irrespect des cadres règlementaires qui choque également. Ce parc de moins de 5 éoliennes n’est pas autorisable au regard du cadre de référence éolien wallon, car il s’articulerait sur une ligne de force secondaire du paysage. C’est interdit.

L’enquête publique démarre le 26 mai 2015 et dure 30 jours seulement. C’EST DONC MAINTENANT QUE TOUT SE JOUE. Des actions d’information seront menées auprès des habitants des deux communes impactées, des modèles de courrier seront aussi publiés. MAIS N’ATTENDEZ PAS QU’IL SOIT TROP TARD, il est essentiel que chacun envoie une lettre de protestation motivée à l’attention de la commune de Messancy ou d’Aubange (service urbanisme) pendant la période de 30 jours. Chaque lettre compte.