L’éolien industriel jouit d’une réputation flatteuse, entretenue par  de nombreuses campagnes organisées par de puissants lobbys. Mais qu’en est-il réellement? Les éoliennes industrielles telles que celles prévues aux portes de Messancy sont-elles si écologiques, sont-elles bénéfiques pour environnement?

De plus en plus de voix s’élèvent pour contester cette réputation verte flatteuse, à force d’arguments qui interpellent…

Par exemple, savez-vous que les éoliennes ne produisent de l’électricité que de manière intermittente, lorsque le vent le permet? Le reste du temps, puisque l’électricité ne se stocke pas, des centrales traditionnelles, comme celles à gaz ou à charbon, doivent prendre le relais pour compenser les manquements de production. Ces centrales dites “régulatrices” marchent à bas régime et varient leur production en sens contraire, consommant ainsi plus de combustible! Un peu comme une voiture à laquelle on imposerait d’incessants “stop and go”, et qui consommerait de ce fait beaucoup plus de carburant qu’une même voiture stabilisée à une vitesse de croisière constante.

Et à Messancy, Longeau et Guerlange, quels impacts faut-il craindre?

Le site d’implantation projeté, entre les villages de Longeau, Messancy, Guerlange et Selange, est une zone agricole. L’endroit est complètement inadapté pour accueillir une centrale électrique éolienne, l’impact paysager engendré serait irréversible. Les tonnes de bétons (60 camions toupie par éolienne) nécessaires au socle, le charroi que nécessiterait la construction de l’usine ainsi que les hectolitres d’huiles déversées (nécessaires à la lubrification de la mécanique des pales) complètent ce tableau déjà bien noirci.

Mais ce n’est pas tout. Outre l’évident saccage du paysage rural typique, la faune locale serait également gravement menacée par le projet de WindVision. Le site des Quatre Vents est en effet connu pour abriter des Milans Royaux. Ces oiseaux, espèce en danger et classée sur la liste rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, sont des victimes notoires de parcs éoliens. Une récente étude menée en Allemagne et relayée par l’association Lucéole met d’ailleurs en avant cette exposition proportionnellement plus élevée de cette espèce face aux pales des éoliennes. Nous voyons dans la vidéo ci-dessous un comportement typique de rapace face à une éolienne, qui illustre parfaitement le risque encouru par les Milans Royaux de Messancy!

Les grues, qu’on voit (et entend) passer chaque année à basse altitude aux dessus de nos villages, seraient également exposées à un danger important en cas d’implantation d’éoliennes à cet endroit. N’oublions pas que ces installations mesurent chacune 150 mètres de haut, soit une demi tour Eiffel…

En résumé les éoliennes, ces centrales électriques (puisque c’est bien de ça qu’il s’agit), ne sont pas si écologiques que ça. Ce sont les généreux subsides publics (certificats verts) qui motivent les promoteurs, et non la recherche d’une réduction de gaz à effet de serre. Les seuls impacts écologiques pour Messancy et sa région seraient ceux décrits dans ces lignes.

Osons dès lors contester avec vigueur ce projet de WindVision.